Parole d’Exclue

Parole d’Exclues

Taille : 13-100
Depuis : 2012
Statut : en cours
Duréé : Incarné dans l’organisation
Territoire : Local

Écoute à long terme
Écoute pour co-création
Écoute pour le changement systémique

http://www.parole-dexclues.ca/
Amélie Daigle
Coordonnatrice générale
Parole d’Exclues

Description

Comment décririez-vous votre projet à un enfant de 6 ans?

On travaille pour que dans notre société il n’y ait plus de pauvreté ni d’exclusion sociale, en rassemblant les gens autour de projets qui les inspirent à transformer leur condition, leur quartier, leur société.

Qu’est -ce que vous écoutez?

On est interpellés par tout ce qui touche la pauvreté, l’exclusion et la démocratie dans un milieu. Ces choses là s’expriment dans des choses très subtiles, on doit écouter le sous-texte, ce qu’il y a derrière l’expérience individuelle qui révèle des enjeux systémiques. Tout doit être entendu, et quand il y a une opportunité de creuser, une porte qui s’ouvre, on doit la saisir.
On écoute toutes les idées, les propositions. Les gens savent intuitivement ce qu’il faut mettre en place pour changer une situation, et sinon, on l’invente ensemble.

Question

Comment collectivement développer la capacité à devenir le récipient de la prise de parole, pour que la collectivité, les citoyens gagnent eux-même cette capacité et cette envie d’ écouter et d’en faire quelque chose?

Méthods

Ça dépend des périodes ou moments :
– Quand on essaie de comprendre les besoins / aspirations, qu’on cherche à entrer en relation avec les gens. On utilise les fêtes de quartier, on organise des rencontres informelles. On peut aussi utiliser des questionnaires, entrevues, groupes focus.
– Pour une écoute au quotidien on forme des collectifs autour de certains sujets
– On a recours à des méthodologies d’animation créatives pour libérer la parole différemment, et pour faciliter l’apprentissage de la démocratie et du dialogue. En tout temps, on travaille avec le croisement des savoirs (universitaire, professionnel et citoyen)

Fondements Théorique

– la pauvreté est un produit social et non pas une fatalité
– donner la parole est le point de départ pour pouvoir travailler à des changements sociaux
– la solution est collective et non individuelle, la pauvreté est un enjeu systémique
– la mobilisation citoyenne est un élément de solution important pour aboutir à la transformation sociale

Inspiration

Paroles d’Exclus est né suite à un voyage en Amérique latine. Le travail qui se fait là-bas m’inspire, avec le dialogue qui est toujours au coeur des actions et l’attention à construire ensemble, croire en les gens et la force des communautés.

L’importance de l’écoute

L’écoute est indispensable, un sine qua non de notre méthodologie, ça fait partie de notre ADN de travailler comme ça. Avec l’écoute, vient la prise de parole, qui est le point de départ d’une mobilisation, et d’un changement social réel. Ce que ça crée c’est qu’on met sur pied des changements pérennes, parce qu’ils sont définis, mis de l’avant et pris en charge par le milieu.

Notre visée ultime est d’arriver à un changement systémique, de démontrer par l’action ce que pourrait être une société sans pauvreté ni exclusion. L’échelle de transformation qu’on vise est beaucoup plus large que les projets locaux, ceux-ci servent entre autre à démontrer qu’il y a une autre façon de construire la collectivité et de lutter contre la pauvreté.

Possibilités

À travers l’écoute, on peut influencer les politiques et les institutions pour réimaginer comment on construit la ville ensemble. De part et d’autre il y a cette écoute pour des propositions, expertises, approches pour travailler avec les citoyens et les gens en situation d’exclusion. C’est l’esprit sociétal qui est changé.

Activités

Impacts