Laboratoire sur les Récits du Soi Mobile

Université de Montréal

Taille : 13-100
Depuis : 2014
Statut : en cours
Duréé :
Territoire : Local
Régional
National
International

Écoute à long terme
Écoute pour co-création
Écoute pour le changement systémique


Simon Harel
Directeur du laboratoire, chercheur principal
Université de Montréal

Description

Comment décririez-vous votre projet à un enfant de 6 ans?

C’est comme un carré de sable, un espace ouvert dans lequel il n’y a pas de contraintes, sauf celle d’entrer. On fait des traces dans le carré – il y a toujours de l’écriture.

Qu’est -ce que vous écoutez?

Les chauffeurs de taxis montréalais. On perçoit le chauffeur comme un interprète – sur les enjeux de l’immigration, par exemple. Le taxi devient comme une caisse de résonance mobile, c’est un habitacle d’écoute. Il y a des enjeux éthiques, un protocole de recherche pour ne pas aller voir n’importe qui n’importe comment, qui est conditionnée par le dispositif institutionnel. Il y a des dispositifs d’écoute entre Montréal et l’aéroport.
Travailler aussi sur des objets parlants dans la ville, sur comment faire parler des objets sur des expériences.

Question

Comment tenir compte des défectuosités de l’écoute dans la poursuite d’une écoute authentique? (Avec l’idée que les défectuosités ne sont pas des déficits, mais des potentiels.) »

Méthods

Fondements Théorique

Inspiration

Le projet réalisé avec les chauffeurs de taxi. Les dispositifs de disruption (cf.uber).

L’importance de l’écoute

Intuitivement, je dirai qu’il y a peu d’écoute.
Il y a trop de bruit dans les villes pour pouvoir écouter vraiment. Il faudrait créer des cliniques d’écoute dans la ville, comme des sas, des lieux de repos. Parce que prendre son temps, adapter une autre posture que celle d’être en train de parler, c’est difficile. Écouter vraiment, c’est une plongée en eau profonde.

Une écoute importante impose une disponibilité, ça vient casser des rythmes de verbiage, de prise de parole, ça calme la mobilité et la surenchère verbale / sonore.

L’écoute en-dehors des cadres institués est subversive, tout comme l’écoute dans sa forme primitive est subversive, révolutionnaire.

L’écoute pour elle-même, c’est tout un challenge!

Possibilités

Écouter c’est être en phase avec ses interlocuteurs, être dans le réel quel qu’il soit. Un bon degré d’écoute permet d’asseoir une plate-forme de sens commun. L’écoute est la condition première de la transformation.

Activités

Impacts